La cause de l'abbé McGivney

En 1997, Mgr Daniel A. Cronin, archevêque de Hartford au Connecticut, ouvrait la cause de canonisation de l'abbé McGivney. Le père dominicain Gabriel B. O'Donnell (à droite) était nommé postulateur, ou promoteur, de la cause.

Au cours des trois années suivantes, en collaboration avec les Chevaliers de Colomb et l'archidiocèse, le père O'Donnell et d’autres personnes ont compilé le dossier historique de la vie et des oeuvres de l'abbé McGivney. Environ 700 pages de documentation - que l'on appelle « les actes » - ont été présentées à Mgr Cronin en mars 2000. Ce dernier a attesté de leur authenticité et les a confiées au père O'Donnell. Le même mois, le père O'Donnell a transmis les actes à la Congrégation pour la Cause des Saints au Vatican. Celle-ci a rapidement attesté que cette phase diocésaine initiale du processus menant à la sainteté respectait les normes de l'Église.

La Congrégation pour la Cause des Saints a nommé un rapporteur ou avocat pour travailler avec le père O'Donnell pour écrire la positio, ou un argument développé pour la canonisation de l'abbé McGivney. Le rapporteur est le père dominicain Ambrose Eszer, le rapporteur principal de la congrégation qui a aussi montré un grand intérêt envers la cause de l'abbé McGivney.

La positio contient presque 1 000 pages réparties en deux volumes. Le premier expose la biographie de l'Abbé McGivney alors que le second présente un essai à propos de sa spiritualité. Le volume sur sa spiritualité se penche sur l’aspect vertueux de sa vie. La biographie s'appuie quant à elle sur un texte préparé pour la cause par Christopher Kauffman, professeur d'histoire de l'Église américaine de l'Université catholique d'Amérique de Washington, D.C., et auteur de deux livres consacrés à l'histoire des Chevaliers de Colomb.

La positio a été présentée à la Congrégation pour la Cause des Saints en janvier 2002.

Le 30 juin 2000, la phase diocésaine d'enquête au sujet d'une guérison miraculeuse rapportée et attribuée à l'intercession de l'abbé McGivney s'est terminée. Ce rapport a également été acheminé à la Congrégation, où il est à l'étude depuis un certain temps. Un miracle est nécessaire pour la béatification et, à ce moment-là, l’abbé McGivney pourrait être déclaré « Bienheureux ». Après cette déclaration, un autre miracle est nécessaire pour la canonisation.