Sa vie et son époque

Il y a plus d'un siècle, c’est-à-dire à la mi-août 1890, la ville de Waterbury, au Connecticut, célébrait des funérailles parmi les plus importantes de son histoire. La foule y pleurait le décès de l'abbé Michael J. McGivney, âgé de 38 ans, fondateur des Chevaliers de Colomb.

L'évêque de Hartford et plus de soixante-dix prêtres catholiques du Connecticut étaient accompagnés de plusieurs notables et on rapportait que les tous les carrosses à des lieues à la ronde avaient été réservés pour la grande procession.

Les funérailles de l'abbé McGivney attestaient à quel point ce vaillant et saint curé de paroisse s'était attiré le respect et l'affection de la population. Elles réflétaient également l'attrait personnel profond que les immigrants catholiques avaient ressenti sur-le-champ pour les Chevaliers de Colomb. On y observait des délégations provenant de presque chacun des cinquante-sept Conseils des Chevaliers de Colomb ayant été reçus dans l'Ordre au cours des huit premières années d'existence du mouvement.

En 1982, pour marquer le 100e anniversaire de leur fondation, les Chevaliers de Colomb transportaient les restes de l'abbé McGivney de Waterbury vers l'église St. Mary de New Haven, où il avait fondé l'Ordre. C'est là que – désormais – il repose en ce lieu où l'Eucharistie est célébrée chaque jour et où l'on se réunit pour prier en son honneur.