Les Racines

L'abbé Michael McGivney est né à Waterbury le 12 août 1852. Ses parents, Patrick et Mary (Lynch) McGivney, étaient arrivés au pays durant la grande vague d'immigration irlandaise du 19e siècle. Patrick McGivney devint mouleur dans la chaleur et les fumées toxiques d'une usine de cuivre de Waterbury. Pour sa part, Mary McGivney donna naissance à 13 enfants, desquels elle en perdit six en bas âge. Le premier enfant, Michael, l'aîné de quatre sœurs et deux frères vivants, connut très jeune la peine et la dure emprise de la pauvreté. Il découvrit également le pouvoir de l'amour et de la foi ainsi que le courage de la famille.

Le jeune Michael fréquenta les petites écoles du district dans les quartiers populeux de Waterbury. Bon enfant, il était admiré par le directeur de son école pour « un comportement excellent et une performance efficace dans ses études ». Après la Guerre de Sécession, alors que l'industrie métallurgique du Connecticut est en plein essor, il quitte l'école à l'âge de 13 ans pour aller travailler. Son travail dans le domaine de fabrication de cuillères d'une usine de cuivre accordait quelques dollars supplémentaires pour la survie de la famille.

Quand Michael atteint l'âge de 16 ans en 1868, il quitte l'usine. Désireux de cheminer vers la prêtrise, il se rend au Québec (Canada) avec le curé de Waterbury. C'est là qu'il s'inscrit au Collège de Saint-Hyacinthe, dirigé par les Jésuites. Il y travaille dur sur les sujets qui le prépareront à poser sa candidature pour l'admission au séminaire. Deux années d'études suivent, passées au Séminaire de Notre Dame des Anges, rattaché à l'Université de Niagara, à Niagara Falls, dans l’État de New York. Le jeune McGivney déménage près de Montréal pour suivre la formation de séminariste au Collège de St. Mary, dirigé également par les Jésuites. Il étudiait à ce collège lorsque son père meurt en juin 1873.

Suivant