Fondateur

Les gens qui connurent l'abbé McGivney à cette époque furent impressionnés par son énergie et son intensité. L'abbé Gordian Daley se rappela plus tard : « Je ne l'ai vu qu'une seule fois mais je me souviens de son beau visage pâle comme si je l'avais vu hier encore. C'était un 'visage de prêtre' — ce qui expliquait tout. C'était un visage de sérénité merveilleuse. Il n'y avait rien de dur dans sa contenance bien que tout en lui fût fort. »

William Geary, l'un des membres fondateurs de l'Ordre, déclara que, durant la première réunion du Conseil en 1882, il fut « acclamé en tant que fondateur par 24 hommes au cœur rempli de joie et de gratitude, reconnaissant que sans son optimisme, sa volonté de réussir, ses conseils et ses avis, ils auraient échoué. »

L'abbé McGivney avait suggéré Fils de Colomb comme nom pour l'Ordre. Cette appellation lierait le catholicisme et l'Américanisme par le biais de la foi et de la vision audacieuse de celui qui découvra le Nouveau Monde.

Le mot « Chevaliers » remplaça celui de « Fils » parce que les membres principaux du groupe organisateur, qui étaient des anciens combattants d'origine irlandaise de la Guerre de Sécession, étaient d’avis que cela aiderait le mouvement à se doter d’un rituel noble pour soutenir la cause émergente de la liberté civile catholique.

L’Ordre était mentionné publiquement, pour la première fois, le 8 février 1882. Le New Haven Morning Journal and Courier rapportait ce jour-là que la première réunion des Chevaliers de Colomb s’était déroulée la veille.

Le 29 mars, la législature de l’État du Connecticut accorda des statuts aux Chevaliers de Colomb, reconnaissant officiellement l'Ordre en tant que société juridique. En 1882, les principes de l'Ordre étaient « Unité » et « Charité ». Les concepts de « Fraternité » et de « Patriotisme » sont apparus plus tard. Chacun des ces idéaux joua un rôle déterminant dans le cérémonial, et ce, dès le départ. Selon l'historien Christopher J. Kauffman, les thèmes liés à Christophe Colomb « reflétaient avec fierté la promesse américaine de liberté, d'égalité et de possibilité. »

PrĂ©cĂ©dent | Suivant