DĂ©votion

En avril 1882, avec la permission de l’évêque McMahon, l’abbé McGivney écrivit à tous les pasteurs du Diocèse de Hartford. L’objectif premier de l’Ordre, écrivait-il, était de dissuader les Catholiques de rejoindre des sociétés secrètes en leur offrant de meilleurs avantages en période de maladie ou de mort. Il enjoignit chaque pasteur à exercer son influence « pour former un Conseil dans votre paroisse ». L’abbé McGivney intronisa personnellement les premiers officiers du Conseil San Salvador 1 à New Haven, en mai 1882.

À compter du mois de mai 1883, le Conseil 2 avait été constitué à Meriden, dans le Connecticut, et l’évêque McMahon, fut tellement impressionné par l’organisme qu’il devint membre du Conseil 11 en 1884 et servit d’aumônier du conseil. À la fin 1885, il y avait 31 conseils au Connecticut.

La preuve du dévouement de l’abbé McGivney vis-à-vis de l’Ordre se vit dans les voyages qu’il fit dans toutes les parties du Connecticut et dans sa correspondance écrite - dont très peu a survécu — à propos des affaires des Chevaliers de Colomb. À St. Mary, en dépit de tout ceci, il resta un curé énergique ayant une préoccupation constante pour les problèmes de tous ses paroissiens. 

Puis, en novembre 1884, il fut nommé pasteur de l'Église St. Thomas à Thomaston, dans le Connecticut, une ville d'usine située à moins de 16 km de sa ville natale. C'était une paroisse d'usine, surchargée de dettes, servant des paroissiens de la classe populaire ayant peu de ressources au-delà de leur foi. Avec une acceptation pieuse, l'abbé McGivney laissa derrière lui ses sept ans à St. Mary.

Ses paroissiens de New Haven, dans une résolution en son honneur, surimposée de manière élaborée sur le dessin d'un calice et d'une hostie, déclarèrent qu'en dépit des difficultés et des afflictions, sa courtoisie, sa bonté et la pureté de sa vie s'étaient "acquis l'amour et la confiance de la population de St. Mary qui le suivraient dans tous ses champs de travail futurs".

Dans les six années suivantes qu'il passa à St. Thomas, il dut se débattre avec les dettes de l'église et construit les mêmes liens étroits de dévotion et de souci charitable qu'il avait développés à New Haven. Il continua également à servir d'aumônier suprême, aidant personnellement l'Ordre à augmenter ses adhésions à Rhode Island. Plus tard, de 1901 à 1939, ses frères cadets, Msgrs. Patrick et John J. McGivney, servirent l'Ordre en qualité d'aumôniers suprêmes.

Précédent | Suivant