Bien au-dessus de la mêlée: Un homme digne de vénération

par le père Gabriel B. O’Donnell, dominicain, le postulateur

Le long cheminement vers la sainteté comporte certains repères. Parmi ceux-ci il faut noter d’une part, la conclusion positive de l’enquête diocésaine dans la vie et les œuvres d’un serviteur de Dieu, l’ouverture de la phase romaine de la cause et la présentation finale de la positio, d’autre part, c’est-à-dire la longue argumentation explicative présentée à la Congrégation pour la cause des saints favorisant l’approbation d’un candidat en vue de la canonisation.

Le titre de «Vénérable» conféré à l’abbé Michael J. McGivney marque une autre étape dans son cheminement vers la béatification et la canonisation. Elle indique également que la congrégation a examiné attentivement la positio de la vie et des vertus de l’abbé McGivney, et que, après avoir consulté experts et théologiens, l’a jugée valide et convaincante.

Une fois que les membres de la Congrégation pour la cause des saints ont posé un jugement favorable sur la positio, la question est soumise à l’approbation du Saint-Père. Son avis favorable permet d’émettre un «décret d’héroïcité des vertus» et de conférer au candidat le titre de Vénérable.

Un décret d’héroïcité des vertus laisse entendre un jugement pastoral de la part de l’Église. Pour le bien du peuple chrétien, l’Église reconnaît que l’abbé McGivney fut un homme qui, sa vie durant, a dépassé les normes requises de tout bon chrétien. Il a vécu une vie de vertu extraordinaire, au cours de laquelle il a pratiqué «héroïquement» les vertus de charité, d’humilité et de prudence. L’abbé McGivney s’est démarqué bien au-dessus de la mêlée par rapport à la vocation ordinaire à la perfection chrétienne, au même titre qu’un martyr ou qu’une martyre donne sa vie pour le Christ et l’Évangile.

Le «martyre» de l’abbé McGivney a consisté à livrer sa vie quotidienne en fidélité aux devoirs d’un curé de paroisse type, mais de manière extraordinaire et totalement désintéressée. Lorsque nous rappelons tout ce qu’il a entrepris, malgré sa jeunesse, son inexpérience et sa lutte constante avec une santé précaire, son héroïcité est sans conteste.

FIXÉ SUR LE CŒUR DE DIEU
Et maintenant? Le miracle rapporté devant la congrégation doit être jugé favorable, si l'abbé McGivney doit être béatifié et que sont titre de Vénérable échangé pour celui de Bienheureux. La positio traitant de ce miracle a déjà été présentée au Saint-Siège qui l’étudie actuellement. Des experts en médecine et en théologie doivent examiner minutieusement les témoignages en vue de se prononcer sur le cas. En cas de jugement favorable de la part des membres de la Congrégation pour la cause des saints, la décision sera transmise au pape Benoît XVI qui, seul, prend les décisions sans appel concernant les béatifications et les canonisations.

Et qu’arrive-t-il si le miracle rapporté ne passe pas le rigoureux examen de la congrégation? Il faut alors recommencer à partir d’un nouveau miracle rapporté. C’est pour cette raison qu’il est si important de rapporter les faveurs obtenues et attribuées à un candidat à la canonisation. Heureusement dans le cas du vénérable abbé McGivney, il existe d’autres rapports d’événements miraculeux qui pourraient être scrutés, si jamais le miracle reporté courant ne passait pas le jugement de l’Église.

Bien que fascinants, les aspects techniques d’une cause de canonisation peuvent nous distraire de l’objectif essentiel: la gloire de Dieu se manifestant dans la gloire grâce à la sainteté d’une de ses servantes ou d’un de ses serviteurs. Une cause de canonisation n’a pas comme objectif de nous amener dans les subtilités des normes ecclésiastiques, mais plutôt introduire dans le cœur du Seigneur et son appel à vivre une vie de sainteté. En ce qui concerne la cause de l'abbé McGivney surtout, il s’agit d’une sollicitation aux catholiques ordinaires d’embrasser le mystère du Christ dans sa plénitude, pour que chacun et chacune, nous discernions en quoi nous sommes appelés à l’héroïcité des vertus. L’abbé McGivney a été un apôtre de la spiritualité des laïques, et son message est renforcé chaque fois que l’Église reconnaît davantage sa vie et ses vertus.